géométrie d’un oiseau

Plume sioux

la fusée d’un rêve éveillé me ramenait sur terre
avec la bague d’un oiseau à planter entre les fagots
d’un trottoir – ce n’était pas un oiseau mécanique mais
un oiseau limbique à la courbe d’été et de joie mêlée de fées –

sa géométrie modulable en carrés de sarments
poussait à aller à la pleine lune de soi – aller au bout
de la nouvelle comme la fin sans fin d’une histoire de
murakami où le stylo plumé s’est endormi la tête posée à
côté du tiroir – et là vous aimeriez savoir ce qu’il y a dans le tiroir
jusqu’où pousser la pleine lune de soi avec quelques bribes animales et
des amandes en guise de petit-déjeuner – mais voilà c’est à chacun de trouver la
fusée d’un rêve éveillé qui le ramènerait sur terre avec une ampoule éclatante au-
dessus de sa misère – l’oiseau se démenait…

Voir l’article original 306 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s