page blanche

Moi n’est pas l’autre

l’autre n’est pas moi

cette proposition n’est pas de moi

bien plus qu’une proposition

une réalité fondamentale

moi serait l’espace

et l’autre la vacuité

singulier et pluriel ici synonymes

la méditation des ancêtres

un puissant outil d’organisation des perceptions

au passage rien à voir avec l’organisation des perceptions des médias

qui ne sont autres que jeux de propagandes des « gouvernements » pour déstabiliser l’ennemi

Adolescent je me posais cette étrange question

en tout cas perçue comme telle

pourquoi ne suis-je pas l’autre

ce n’est pas la même perspective

citée ci-dessus

c’est ce long voile inconscient qui me colle à la peau

cette puissante odeur de suie humaine

un écho redoutable

un double slash pour interrompre la distance

le lieu est bien ici dans son invisibilité

dans l’écorné d’une page blanche

La mer m’a emmené au plus profond d’elle même

dans ses bras d’un espoir désespéré

si fort

dans la sidération de ses vagues

les crabes ont bu toute l’eau salée

transmission moribonde

les abeilles sont plus fortes que le frelon

je suis de ces abeilles qui hantent le port du Havre

sur une corde maritime des épingles à linge

supposent peut-être l’amplitude d’une trame

Parfois quand le vent souffle avec cette puissance

qu’il voudrait arracher l’arrogance d’une digue

des embruns sont des mots de morts

ceux qui parlent d’une vie si vive et si acérée

ça s’en va et ça revient …

2 réflexions sur “page blanche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s