sous-virage

C’est un non-lieu

d’un dynamisme hors du temps

Sur le grand écran de l’espace

se chevauchent des strapontins

Combien de strapontins dans mon sac à dos

je dépose mon sac à tes pieds grande Déesse

tes yeux comme une porte océane

je sais quand la vie quittera mon corps

je ne mourrai pas puisque je suis la vie

ces quelques pas avant la perte de connaissance

sont décisifs

je garde dans mon coeur cette fontaine de roses

Parfois et le plus souvent le rêve de l’enfant

ne peut contenir le grand cirque de l’inconscient

et d’une conjoncture magicienne que le vent

dépose à ma fenêtre

je peux m’installer confortablement dans le fauteuil de cuir

qui m’attend depuis toujours

Je tisse des fils d’or pour des mémoires en vadrouille

Dans le tumulte de mes oripeaux

j’égraine mes tempêtes

je ne peux me défenestrer au plus aigu

peut-être suis-je trop lâche

Qu’importe j’attendrai les brumes

je choisirai le bon essieu

celui qui ne grince pas

et j’accueillerai l’enfant

dans l’accélération de la pellicule

au meilleur des temps

3 réflexions sur “sous-virage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s