prosopon

Courir sur des branches de résurrection

sans regarder le ciel

et s’évanouir de stupeur

le désir d’une déesse ou d’un dieux comme lampe tempête

D’un songe anticipé où des matrices récurrentes

dament des chemins de souvenirs

d’un inconcevable regard

le vent propose une cartographie céleste

Mes pas ne sont plus la mesure

j’entends

paradoxe je ne suis plus pluriel

manifeste d’apparition

et prosopon de bienveillance

à l’abîme d’un refus

d’une effroyable perte supposée

Mes cheveux et mes ongles

reliquaire inconscient d’un arc-en-ciel inattendu

Cette maison vide

ces volets battants muets d’un vacarme assourdissant

des cigales et des écorces entendent un son

à force d’apparence sur le tactile d’une brume incessante

A force d’échéance

il ne reste que le vent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s